A+ A A-

La macrophotographie

 

Qu'est-ce que la macrophotographie?

Par Bernard Moreaux {nomultithumb}

 


Définition
Les différents types de matériel
Les problèmes posés par la macro
L'aspect artistique


 Définition

On appelle ainsi la photo réalisée à un rapport de reproduction supérieur à 0,1.

 Schéma Rapport de reproduction

Ce rapport de reproduction est celui que l'on obtient avec la mise au point minimale sur un objectif normal de 50 mm de focale.

Schéma Rapport de reproduction

La macrophotographie nécessite un boîtier à visée reflex qui permet de voir le sujet à travers l'objectif.

Pour agrandir l'image obtenue dans le viseur, nous disposons de plusieurs types de matériel.

Boitier visée reflex

 

Les différents types de matériel

Les bonnettes

Ce sont de simples loupes que l'on place devant l'objectif. Solution peu onéreurse, elles permettent un rapport de reproduction de 0,8 sans aucune perte de lumière, mais introduisent des distorsions très tolérables en photo de nature mais inacceptables en reproduction de document.

Les bonnettes photographiques

Les zooms macro

La position "macro" sur un zoom permet en général d'atteindre un rapport de reproduction de 0,3 à0,5. Sur beaucoup de zooms la position "macro" n'est permise que pour la plus longue focale.

Les bagues allonge

Elles grandissent l'image par augmentation de la distance film-objectif. Cette distance est appelée TIRAGE.

Illustration tirage photographique

En général, un jeu de 4 bagues allonge permet, avec un objectif normal de 50 mm, d'atteindre tous les rapports de reproduction compris entre 0,1 et1,5. Pour chaque sujet il faut choisir une combinaison de bagues donnant le rapport de reproduction convenable.
En macrophotographie, l'autofocus n'est pas utile. Il n'est donc pas nécessaire d'acquérir des bagues conservant cette fonction.

Bagues allonges

Les exemples sont donnés pour un objectif normal (50 mm). Si on double la focale, il faut également doubler le tirage pour obtenir le même rapport de reproduction, mais la distance frontale est également doublée ce qui permet de photographier les insectes dans leur biotope.

Fonctionnement des bagues allonges

Les soufflets

Ils permettent des tirages compris entre 25 et 150 mm. Associés à un 50 mm, on peut donc aller du rapport 0,5 à2,5 sans démonter l'objectif, en continu.
Un soufflet est encombrant, fragile et très cher. Il ne convient aux prises de vues dans la nature. Son emploi est réservé à la macro de studio.

Fonctionnement d'un soufflet

Les bagues d'inversion

Ce sont des bagues spéciales que l'on visse à la place du filtre d'un objectif grand-angle (20, 24 ou 28 mm). Elles permettent de fixer l'objectif à l'envers sur le boîtier. Ce dispositif permet de forts rapports de reproduction mais la distance frontale reste toujours très faible. En ajoutant des bagues-allonge on obtient des rapports de reproduction supérieurs à 1 avec un encombrement réduit.

 

Bagues d'inversion

Les objectifs macro

C'est la solution idéale pour qui se spécialise dans ce genre de photos. L'objectif est construit pour la macro mais convient parfaitement pour le paysage, le portrait…
Sans aucun accessoire, on va de l'infini au rapport de reproduction 1. Trois focales principales : 50 mm, 100 mm, 200 mm.
Par rapport au 50 mm, une focale plus longue permet de s'éloigner du sujet ce qui est particulièrement recommandé pour la photo d'insectes farouches.

Objectifs macro et rapport de reproduction

Les problèmes posés par la macrophotographie

 

Pour un objectif quelconque, la profondeur de champ ne dépend que du rapport de reproduction et de l'ouverture du diaphragme.
Elle ne dépend pas du tout de la longueur focale comme on le dit souvent.
Quand on augmente le rapport de reproduction, la profondeur de champ diminue.

Plus on ferme le diaphragme, plus on augmente la profondeur de champ.
Jusqu'à des rapports de reproduction de 1/100 la profondeur de champ se répartit 1/3 avant le plan de mise au point et 2/3 en arrière.
En macrophoto la profondeur de champ est également répartie en avant et en arrière du plan de mise au point.
On voit que pour grandir l'image tout en conservant une profondeur de champ suffisante il est indispensable de fermer le diaphragme au maximum.

Plan de mise au point et profondeur de champ

Table profondeur de champ - diaphragme

Fermer le diaphragme

Ceci conduit à réduire la vitesse. On est alors rapidement amené à travailler sur pied mais, dans la nature, le moindre vent fait bouger le sujet et la photo est floue.

Vitesse minimale à main levée

Utiliser un film haute sensibilité

On peut employer un film 400, 800 et même 1600 iso mais la taille du grain devient rapidement gênante. Elle sera très visible dans les parties floues.

Concentrer la lumière naturelle

A l'aide d'un miroir plan, on peut augmenter l'éclairement du sujet. On passe alors facilement à la vitesse supérieure.
Une plaque d'aluminium poli que l'on cintre légèrement a un pouvoir de concentration important qui permet de passer à deux vitesses au dessus.

Utiliser une source de lumière très puissante

En studio, il est possible d'utiliser une lampe de bureau que l'on approche du sujet. Il faudra utiliser alors un film adapté à la lumière artificielle afin d'éviter la dominante jaune que procurerait un film lumière du jour.

Eclairage principal au flash
Les films 64T (64 iso) et 320T (320 iso) conviennent mais le dernier possède un grain assez grossier.
En studio comme dans la nature, on pense tout de suite au flash. Avec un film de 100 iso et un petit flash (nombre guide de 12) à 10 cm du sujet, on peut diaphragmer à 22 pour un rapport de reproduction de 1.
Utilisation d'un réflecteur
Avec un seul flash on peut, et même on doit, opérer en TTL quelque soit l'angle d'incidence par rapport au sujet.
En TTL , l'utilisation de 2 ou 3 flashs risque de poser problème. Il est donc préférable et moins encombrant de n'en employer qu'un seul et de lui associer un réflecteur ou un diffuseur.
Utilisation d'un diffuseur sur un flash
Un second petit flash indépendant branché sur une cellule d'auto-déclenchement permet éventuellement d'éclairer le fond qui généralement est flou du fait de la faible profondeur de champ (3 mm à1/1). Ce deuxième flash ne doit pas éclairer le sujet principal afin de ne pas perturber le système TTL de la source principale.
Utilisation d'un diffuseur au flash
Un second petit flash indépendant branché sur une cellule d'auto-déclenchement permet éventuellement d'éclairer le fond qui généralement est flou du fait de la faible profondeur de champ (3 mm à1/1). Ce deuxième flash ne doit pas éclairer le sujet principal afin de ne pas perturber le système TTL de la source principale.

Aspect artistique

Suivant le nombre et la direction d'éclairement, le rendu artistique du sujet sera très différent.

Schéma ci-dessous : Mise en évidence du relief du sujet par un éclairage rasant et atténuation des ombres par un réflecteur blanc.
Eclairage rasant
Schéma ci-dessous : Eclairage du sujet avec débouchage des ombres par un réflecteur. Le fond, plus éloigné de la source sera plus faiblement éclairé. Le sujet ressortira bien sur un fond un peu sombre.
Débouchage des ombres
Schéma ci-dessous : L'éclairage principal provient de la torche 1. Le sujet est débouché en contre-jour par la torche 2. Attention de ne pas voir la torche 2 dans le cadrage. La torche 2 sera placée en hauteur.

Eclairage principal et secondaire

Schéma ci-dessous : La torche 1 est l'éclairage principal. La torche 2 sert à déboucher les ombres, elle est éloignée du sujet. Les deux torches éclairent le fond qui sera correctement exposé s'il n'est pas trop éloigné du sujet.

Eclairage principal et secondaire

Schéma de droite : Il s'agit ici de la reproduction d'un document. La torche est placée juste à côté de l'appareil. Le document doit être parfaitement mat pour éviter les reflets. Dans ce cas, il est recommandé d'utiliser une lampe de bureau pour contrôler l'absence de reflet.

Eclairage reproduction d'un document

Schéma ci-dessous :
Le document est ici éclairé par deux sources à 40° ce qui garantit l'absence de reflet à condition que le document soit parfaitement plat.

Eclairage reproduction d'un document

 

En savoir plus sur l'auteur

Photophiles remercie Bernard Moreaux, président du club Forum Photo, auteur de cet article et des nombreuses illustrations qui l'accompagnent, et qui nous a permis de le reproduire à l'intention de tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur la technique de la macrophotographie. Ne manquez pas les autres articles écrits par Bernard Moreaux, et traitant de la photographie au flash, des objectifs photo ou des automatismes du boitier.
Bernard Moreaux est président du club Forum Photo à Chambéry. Passionné par la photographie, il s'est spécialisé en particulier dans la photographie animalière et la macro-photographie. Retrouvez les autres cours écrits par Bernard dans l'espace Formation de Photophiles. Si vous souhaitez le contacter, n'hésitez pas à nous envoyer un mail sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., nous lui transmettrons vos questions et commentaires.