A+ A A-

Concours ou commande

Commande ou concours?


Par Eric Delamarre {nomultithumb}

 

CONCOURS, OU COMMANDE ?

Si le principe du concours est a priori intéressant pour promouvoir la photographie auprès d'une population de passionnés amateurs qui ont peu l'occasion de faire connaître leur travail, je suis beaucoup plus circonspect lorsqu'il s'adresse à des professionnels ou des amateurs expérimentés. Soit directement, soit d'une manière plus insidieuse, en exigeant de tels impératifs techniques que les conditions ressemblent plus à une commande qu'à la promotion du travail personnel d'amateurs passionnés.

Au prétexte de promotion d'une région, d'une association ou d'une entreprise culturelle, les organisateurs lancent un concours avec des impératifs techniques, de temps, de cadrage, d'abandon de droits ne respectant en rien les termes de base du Code de la Propriété Intellectuelle. Surtout pour ce qui concerne l'exploitation des images.

A titre d'exemples :

Une station de radio lance un concours pour illustrer la page d'accueil de son site. Le premier prix voit son image utilisée pendant un mois et est invité au micro du 13/14, il pourra vivre une journée au sein du département multimédia de la station en question, le second : la même chose moins l'interview, le troisième aura juste la parution pendant un mois. L'image doit respecter la charte graphique du site, être présentée selon des critères si précis que cela exclut toute participation amateur. Si vous n'êtes pas de la région parisienne, vos frais de déplacements sont remboursés. (Cela me paraît un minimum!). En bref, pour rien, cette radio se paye un habillage de site pendant trois mois. Et, cerise sur la gateau, le photographe est responsable des droits des tiers. J'hésite à qualifier ce type de procédé.

La ville de "X" lance un concours ouvert aux amateurs et professionnels, pour se constituer une photothèque d'images utilisées librement par le syndicat d'initiative et le service communication de la ville. Il est précisé qu'il n'y aura ni rémunération, ni droits d'auteur. Le premier prix est "astronomiquement" porté à un montant ridicule en bon d'achat.

J'ai rendu anonyme les deux exemples précédents, car on trouve de plus en plus de ces concours, et je n'ai pas envie de stigmatiser l'un ou l'autre de ces utilisateurs indélicats, mais bien le principe qui consiste à abuser des amateurs avertis ou non, voir de certains professionnels.

Pourtant il existe une charte des concours disponible à l'Union des Photographes Créateurs (visible en ligne sur le site http://www.upc.fr dans la rubrique Profession Photographe / Infos pratiques) et qui donne des informations sur la manière de rédiger un règlement de concours en respectant le CPI. L'équité me pousse à reconnaître que parfois (rarement) les organisateurs font amende honorable et changent les termes, dès qu'ils en ont pris connaissance.

La photographie est aujourd'hui plus que jamais au centre de la communication, nous voyons plus d'images que nous n'entendons de chansons, et pourtant ...

Que vous soyez amateur ou professionnel, posez vous la question de savoir ce que vous allez retirer de la participation à un concours. Et surtout, pensez à ce que l'organisateur, rarement philanthrope, va lui en retirer.

Imaginez qu'une région veuille se constituer une photothèque. Elle fait un concours, auprès des amateurs et professionnels. Elle indique qu'aucune photo ne sera renvoyée, et précise dans le règlement que l'auteur abandonne ses droits aux organisateurs, tout en étant responsable des droits des tiers. Sur les milliers d'envoi qu'elle reçoit, il y a forcément un fort pourcentage d'exploitables. La récompense souvent ridicule, ne compense pas les frais du gagnant, mais flatte son ego... Est-ce suffisant ?

Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas participer à des concours, mais simplement qu'il faut bien lire les conditions d'exploitation des oeuvres, ainsi que l'étendue de sa responsabilité vis à vis des tiers.

Car même si vous avez photographié quelqu'un qui vous a signé une autorisation pour le concours, il n'est pas certain qu'il soit d'accord pour se retrouver en pleine page d'une brochure de promotion sur la région. Or, c'est ce qui peut se passer, souvenez vous, vous avez abandonné vos droits...

Eric Delamarre

En savoir plus sur l'auteur

Eric Delamarre est président de l'UPC (Union des Photographes Créateurs). Retrouvez sur le site de l'UPC ainsi que sur le site personnel d'Eric Delamarre de nombreuses informations sur l'activité de photographe.

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Son site Internet: http://www.edelamarre.com

Sur l'Union des Photographes Créateurs :
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le site Internet de l'UPC : http://www.upc.fr